CE QU’ON NE SAURAIT JAMAIS OUBLIER dans Les Réflexions de Fidel
SI LES IDÉES JUSTES NE TRIOMPHENT PAS, NOUS ALLONS DROIT À LA CATASTROPHE dans Les Réflexions de Fidel
LA VERITABLE AMITIE dans Les Réflexions de Fidel

CE QU’ON NE SAURAIT JAMAIS OUBLIER

Dans sa livraison dominicale d’hier matin, 12 octobre, version numérique, The New York Times – un organe de presse qui, dans des circonstances données, fixe des orientations sur la ligne politique qui conviendrait le mieux aux intérêts des États-Unis – a publié un éditorial intitulé : « Le président Obama devrait lever l’embargo » et contenant des opinions sur ce que devrait faire l’administration.

À certains moments, ce genre d’articles est signé par un journaliste prestigieux, comme celui dont j’ai eu le privilège de faire la connaissance dans les premiers jours de notre lutte dans la Sierra Maestra, alors que nos forces avaient été presque totalement éliminées par l’aviation et l’armée de Batista. Nous étions alors passablement inexperts, et nous n’avions même pas l’idée que donner une impression de force devant la presse pouvait être critiquable. Lire la suite »

Lire les autres réflexions dans la catégorie Les Réflexions de Fidel

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Le combattant antiterroriste Fernando Gonzalez Llort a été libéré après avoir passé 15 ans, 5 mois et 15 jours de réclusion injuste dans une prison fédérale des États-Unis.

Le Héros de la République de Cuba est sorti du centre correctionnel fédéral de Safford, en Arizona, et mis à la disposition du Service d’immigration en vue d’entamer la procédure d’expulsion vers Cuba.

 

Lire les autres nouvelles dans la catégorie Les Nouvelles

Allocution du général d’armée Raul Castro Ruz, Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain et président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, à la clôture du 20e Congrès de la Centrale des travailleurs de Cuba, le 22 février 2014, « Année 56 de la Révolution »

Camarades,

IL me revient de prononcer le discours de clôture de cet important Congrès de la Centrale des travailleurs de Cuba qui, bien sûr, ne s’est pas résumé à ces trois jours de travail des délégués dans la capitale, mais qui a également comporté un processus commencé voilà plus de 15 mois, par un débat syndical dans l’ensemble du pays, y compris la discussion vaste et démocratique de l’avant-projet du Code du travail, adopté par l’Assemblée nationale en décembre dernier.

Par ailleurs, le Congrès ouvrier a été précédé, au sein des centres de travail et dans les instances municipales et provinciales, d’une analyse profonde du Document de base dans environ 66 000 assemblées d’adhérents, avec une participation de plus de 2 850 000 travailleurs qui se sont penchés sur le perfectionnement du travail des organisations syndicales.

Dans le cadre des travaux préalables au Congrès, nous avons commémoré, le 28 janvier dernier, le 75e anniversaire de la création de la CTC, qui vit le jour comme la première organisation unitaire des travailleurs cubains dans les difficiles conditions de la république bourgeoise et néocoloniale, et qui dut faire face, des années durant, à la répression et à l’assassinat de plusieurs de ses leaders les plus révolutionnaires, communistes pour la plupart, dont le courageux dirigeant syndical de l’industrie sucrière et militant communiste Jesus Menendez, fondateur, aux côtés de l’inoubliable Lazaro Peña, de cette organisation. Lire la suite »

Lire les autres discours dans la catégorie Les Discours de Raul

Deux heures avec Fidel Castro

C’était une de ces magiques journées du mois de décembre cubain : douceur printanière, lumière irisée, air transparent… Des odeurs iodées parvenaient de l’océan voisin, et on entendait le bruissement des palmiers bercés par la brise. Je déjeunais avec une amie dans un de ces « paladars » si nombreux désormais à La Havane. Soudain le téléphone vibra. C’était mon contact : « La personne que tu souhaites voir t’attend dans une demi-heure. Hâte-toi. » Je pris congé de mon amie, quittai le restaurant et me dirigeai vers l’endroit indiqué. Un véhicule discret m’y attendait dont le chauffeur mit immédiatement le cap vers l’ouest de la capitale.

J’étais arrivé à Cuba quatre jours auparavant en provenance du Mexique, où j’avais présenté – au Salon du livre de Guadalajara – mon nouvel opus : Hugo Chavez, Mi primera vida [1], un livre de conversations avec le leader de la révolution bolivarienne. Comme chaque année à cette époque, La Havane vibrait au rythme du Festival du Nouveau cinéma latino-américain. Et son directeur, Ivan Giroud, avait eu l’amabilité de m’inviter aux cérémonies d’hommage au fondateur du Festival, Alfredo Guevara, un ami très proche, authentique génie créateur et le plus grand promoteur du cinéma cubain, décédé en avril 2013.

Comme d’habitude, j’avais demandé des nouvelles de Fidel Castro. Cela faisait plus d’un an que je ne l’avais revu. La dernière fois, c’était le 10 février 2012 lors d’une grande réunion « pour la Paix et la préservation de l’Environnement », organisée à l’occasion du Salon du livre de La Havane, au cours de laquelle le Comandante avait discuté avec une quarantaine d’intellectuels venus de différents pays [2]. Lire la suite »

Lire les autres analyse dans la catégorie Analyse sur Cuba

Isla de soles / Ile de soleils

Isla de soles

Desde mi niñez de hogar y escuela,

en mi juventud de sitio en sitio,

toda mi vida, y hasta en mis sueños,

tu has habitado en mi corazon.

Isla de soles que a todos brindas

palmas y playas, aves y frutos,

aquel verano abrasador que amo,

aquel arbol libre en la campiña,

dispuesta a diario a cuidar la flor

indispensable de la esperanza

en mi tu alientas siempre la paz.

Tu amor me impulsa, tu amor me colma

de luz, !oh, patria!, vendra el regreso

y el beso tuyo que nos espera.

Jueves, 11 de febrero de 2010

Tony Guerrero

Ile de soleils

Depuis mon enfance à la maison et à l’école,

dans ma jeunesse de lieu en lieu,

toute ma vie, et jusque dans mes rêves,

tu as habité mon cœur.

Ile de soleils qui offre à tous

palmiers et plages, oiseaux et fruits,

cet été brûlant que j’aime,

cet arbre libre dans la campagne ;

prête chaque jour à cultiver la fleur

indispensable de l’espérance,

tu fais toujours vivre en moi la paix.

Ton amour me pousse, ton amour me comble

de lumière, oh ma patrie, viendra le retour

et ton baiser qui nous attend.

Jeudi 11 février 2010

Tony Guerrero (trad: A. Arroyo)

Lire les autres poèmes dans la catégorie Poèmes des 5

APPEL AUX DONS

Bonjour à tous,

Fidelista est victime de son succès, la base de données devient de plus en plus importante et le prix mensuel augmente chaque année. Aujourd’hui, Fidelista.net possède l’intégralité des réflexions de Fidel (457 !), ainsi que plus de 250 discours et 100 analyses. Cette base de données, intégralement en français, est unique sur Internet (http://www.fidelista.net/base).

En plus de ces données, le site est disponible sur l’ensemble des supports technologiques actuels (ordinateurs, tablettes, smartphones,…) avec une disponibilité de 99.98%.

Le site accueille des centaines de visiteurs chaque jour, avec un affichage rapide et optimal.

Mais voilà, le coût devient de plus en plus handicapant pour le webmaster, au point que la vie du site est en danger.

Fidelista lance un appel aux dons pour subvenir au coût de l’hébergement. Pour faire un don, il vous suffit de cliquer sur ce lien : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=6D752ULWZMXF2 (si vous voulez faire un don via chèque, merci de me contacter sur tristan@fidelista.net)

Merci d’avance pour votre soutien !

Viva Fidel, Vive Raùl et Viva Cuba !

PS : en fonction des dons, nous lancerons le développement de la version 3.0 de Fidelista…

Lire les autres information du site dans la catégorie A la une, Vie du site
Powered by WordPress | Compare Best Sprint Phone Deals Online. | Thanks to Credit Card Deals, Best CD Rates and Sell cars

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.