DISCOURS PRONNOCÉ À RIO DE JANEIRO, À LA CONFÉRÉNCE DE NATIONS UNIES SUR L’ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT, LE 12 JUIN 1992

Monsieur le Président du Brésil, Fernando Collor de Mello ;

Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Butros Ghali ;

Excellences :

Une espèce biologique importante court le risque de disparaître, et ce, à cause de la suppression rapide et progressive de ses conditions naturelles de vie. Cette espèce, est l’homme.

Nous ne prenons conscience que maintenant du problème, lorsqu’il est presque trop tard pour l’empêcher.

Il faut souligner, que ce sont les sociétés de consommation les responsables principales de l’atroce destruction de l’environnement. Elles ont leurs origines dans les anciennes métropoles coloniales et les politiques impériales, lesquelles du coup, ont engendré le retard et la pauvreté, dont souffrent à présent l’immense majorité de l’humanité. Elles consomment les deux tiers de métaux et les trois quarts de l’énergie produits dans le monde, alors qu’elles ne concentrent que 20 pour 100 de la population mondiale. Elles ont empoisonné les mers et les fleuves, contaminé l’air, épuisé et percé la couche d’ozone ; elles ont saturé l’atmosphère de gazes, qui modifient les conditions climatiques, dont nous commençons déjà à subir les effets catastrophiques.

Les forêts disparaissent, les déserts s’étendent, des milliers de tonnes de terre fertile chaque année se jettent dans la mer. De nombreuses espèces disparaissent. L’accroissement de la population et la pauvreté, nous mènent à déployer des efforts désespérés pour survivre, même au détriment de la nature. Les pays du tiers monde ne peuvent pas en être responsables. Jadis colonies, nations exploitées et pillées, aujourd’hui, par un ordre économique mondial injuste.

Interdire le développement à ceux qui en ont plus besoin, ne peut pas être la solution. En effet, tout ce qui favorise le sous-développement et la pauvreté, constitue aujourd’hui une violation flagrante à l’écologie. Des dizaines d’hommes, de femmes, et d’enfants, en meurent chaque année au tiers monde, plus qu’au cours de chacune de deux guerres mondiales. L’échange inégal, le protectionnisme et la dette extérieure, attaquent l’écologie et poussent la destruction de l’environnement.

Si l’on veut épargner l’humanité de cette autodestruction, il faut mieux distribuer les richesses et les technologies disponibles dans le monde. Moins de luxe et moins de gaspillage dans une poignée de pays, afin qu’il y ait moins de pauvreté et moins de faim dans une grande partie de la Terre. Il est nécessaire de mettre fin au transfert au tiers monde, de mode de vies et d’habitudes de consommation, qui ruinent l’environnement. La vie humaine doit être plus rationnelle. Il est indispensable d’instaurer un ordre économique international plus juste. Les sciences doivent être mise au service du développement soutenu sans pollution. C’est la dette écologique qui doit être payée et non la dette extérieure. C’est la faim qui doit disparaître et non l’homme.

Puisque les dites menaces du communisme sont disparues, il n’y a plus de prétextes pour la guerre froide, pour des courses aux armements, ni des dépenses militaires. Qu’empêche-t-il donc d’allouer, dans l’immédiat, ces ressources, pour promouvoir le développement du tiers monde et lutter contre la menace de destruction écologique de la Planète ?

Les égoïsmes doivent cesser, les hégémonismes doivent cesser, l’insensibilité, l’irresponsabilité et le mensonge doivent cesser. Demain il sera trop tard pour faire ce qu’on aurait du faire il y a longtemps.

Merci (Ovation)

Et si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner au blog!

Vous pouvez écrire un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site.

Dans le même sujet :

Citations du compañero Fidel : Épargner l’humanité de la destruction de l’environnement «Si l’on veut épargner l’humanité de cette autodestruction, il faut mieux distribuer les richesses... Les acquis de Cuba dans la préservation de l’environnement sont mis en exergue Cuba a célébré la Journée Mondiale de l’Environnement avec d’importants acquis et avec le défis... Un pays écologique Depuis la campagne d’alphabétisation lancée par Fidel Castro, Cuba est devenu un territoire libre... Allocution du Président du Conseil d’état et des Ministres de la République de Cuba, Raúl Castro Ruz lors du du Sommet des Nations Unies sur le Développement Durable. Río de Janeiro, le 21 juin 2012 Monsieur le Président, Excellences, Voilà 20 ans, le 12 juin 1992, dans cette même enceinte,...

Faire un commentaire

Si un des articles proposés sur le site vous a plu, vous pouvez vous y abonner et recevoir les prochains articles par email. Pour cela, il vous suffit de rentrer votre adresse email dans la case qui suit et de valider votre inscription.


 

Powered by WordPress | Compare Best Sprint Phone Deals Online. | Thanks to Credit Card Deals, Best CD Rates and Sell cars

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.